En chantier - L'histoire d'un métro

Après l'histoire d'une pile de pont que vous aviez plébiscitée, je profite de ces quelques jours d'intempéries pour revenir avec mon thème "En chantier" et vous proposer cette fois l'histoire d'une station de métro.
Ce métro c'est mon nouveau chantier, alors comme il a commencé il y a 2 ans, forcément je ne l'ai pas suivi depuis le départ, mais je suis allée chercher dans les photos d'archives de quoi vous montrer comment se construit une station de métro.

Pour commencer sur le grand terrain où ils ont choisi d'implanter la station, il y avait des vieux batiments



Ils ont bien vite été démoli pour que les parois moulées puissent démarrer. On a déjà parlé de parois moulées pour mes chantiers de Marseille, ce sont des grands murs bétonnés dans sol.


Pour vous donner une échelle de ce qui est "grand" sur ce chantier, voilà la cage de ferraillage d'un pan de paroi moulée !

Une fois l'enceinte en paroi moulée réalisée, commence le terrassement. Pelles et camions s'activent pour obtenir un très grand trou !



  Oui oui un très très grand trou !

On place des butons en travers de l'enceinte pour éviter qu'elle ne s'effondre sur elle même

Et on continue à creuser sous ses butons -oui regardez bien, les petits machins jaunes sont des pelles sous les butons -


Puis vient enfin l'intervention de mon entreprise, le temps des premiers bétons est arrivé !

Je ne vous étonnerai pas en vous disant qu'on commence par faire le "fond", qui ici est courbe. Pour vous situez, ce béton n'est jamais visible par les utilisateurs des stations de métro, il est sous les quais.


Une fois le fond réalisé on peut s'attaquer à monter les voiles (murs) du premier niveau (plus de 10m de haut).


Ce sont les murs que l'utilisateur verra quand il sera debout sur le quai entrain d'attendre que la rame arrive.

Et l'on peut commencer à couvrir par une première dalle : c'est sur cette dalle que vous marcherez quand vous serez entrés dans la station, mais pas encore descendus sur les quais (ou que vous avez au dessus de la tête une fois sur le quai). Souvent c'est à ce niveau que se trouve les machines pour acheter son titre de transport, vous voyez au fond de la photo le premier plot de cette dalle.



Vue de l'extérieur une fois que la dalle "d'achats des billets" est terminée.


Puis à nouveau des murs sur cette dalle (pour les locaux techniques entre autres)

Et l'on ferme la boite par une dernière dalle, de couverture

Où l'on perche les accès

Redescendons maintenant sous terre, pour voir l'étage achats des billets


Puis descendons encore une fois, - Oui je me fais les cuisses dans tous ces escaliers - , nous voici sur les futures voies du métro, les quais ne son pas encore réalisés, ils vont se trouvé de part et d'autre, au niveau de la ligne horizontale que l'on voit sur les murs.

Nous avons aussi remonté le temps, ces étapes se sont faites en parallèle des voiles sur l'étage "achats des billets" et de la dalle de couverture


Au fond, le grand rond, c'est l'endroit ou le tunnelier va faire son apparition (et donc l'endroit ou le tunnel et à forciori le métro va déboucher dans la station dans quelques années.)

Voici donc la station une fois le percement effectué.

Oui je vous entends trépigner, et vous demander mais comment on a fait ce gros trou. Ce qu'il faut savoir c'est qu'il y a une très grosse machine (un tunnelier de 70m de long et de 1300T) avec une très grosse roue (de diamètre 9,5m ) qui a creusé 24h/24 pour faire les 1.8km de tunnel en passant à 20m sous le Rhone entre autre. (Pour ceux que ca intéresse, ici les caractéristiques du tunnelier, et tant que j'y suis ici le site Sytral sur le chantier)

Cette grosse machine est donc arrivée dans "notre" station, et il fallait être prêts en temps et en heure (même quand elle arrive deux mois plus tôt que prévu) pour l'accueillir.
Je ne résiste pas de vous montrer les images de l'arrivée de la bête !

Ah ca s'ouvre...

Big badabig BOUM !


Comme vous êtes sympa, je vous ai trouvé une vidéo sur le net de l'arrivée du tunnelier dans la station.

Pour finir la visite, les dernières photos, prises hier avec mon réflex du niveau des quais



Et comme il fallait que je teste mon nouveau jouet (j'ai acheté un nouvel objectif sur les bons conseils d'Aurore, un peu de pub ne fera pas de mal à sa nouvelle activité), je suis allée me promener dans le tunnel pour tester un peu les possibilités.






Et puis je suis allée jouer avec les chemins de câbles qui peuplent les sous quais du métro, pour bien me rendre compte que j'allais pouvoir faire des photos géniales avec cet objetif !




Au début de l'article je vous parlais d'intempéries, voici donc la preuve qu'il fait bien froid au fond de la station.

4 commentaires:

  1. waouhhh en tout cas je suis vraiment impressionée et dire qu'il y en a qui regardent des emmissions "de chantiers de l'extrême" et d'autres le vivent tous les jours !! Bravo

    RépondreSupprimer
  2. Aaaaaaaaaaaah ! J'adore j'adore j'adore !!! Merci pour cet article encore une fois super bien fait, super clair et super passionnant ! (non je dis pas ça parce que t'es ma copine je te promets j'adore!!!)
    D'ailleurs je partage pour les curieux ! :D

    (et merci pour la pub ;-) )

    RépondreSupprimer
  3. SUPER ARTICLE !! Comme dit Aurore, c'est super clair et passionnant. Je trouve vachement intéressant de voir le boulot qui est abattu derrière tout ça. Bien joué !

    Et c'est quoi ce nouvel objectif ?

    RépondreSupprimer
  4. Nikkor 35mm f/1.8 un objectif ou tu ne peux pas zoomer (et c'est moins embêtant que ce que je pensais !)

    RépondreSupprimer