LeeLoo court- La Soulary Contest

Non mais encore une course ? 

Et oui j'ai un peu enchaîné ces derniers temps - et encore je ne vous les raconte pas toutes... -
Mais celle ci je me dois d'en faire le récit, un peu en thérapie...Voilà 10 jours qu'elle a eu lieu et elle me laisse encore un petit gout amer dans la bouche.

Pour cette course tout à commencé à mon anniversaire. Monsieur Papa m'a offert un soir de mars mon inscription à la Soulary Contest
Faut dire que la course se déroule à 500 mètres de chez nous, dans un escalier que nous affectionnons particulièrement, preuve en est cette photo prise quasiment il y a 3 ans, jour pour jour, -le 7 juin 2013, jour officiel du terme pour Margot - 


Ces 445 marches nous les montons régulièrement, à chaque fois que nous allons courir au parc de la tête d'or, ou sur les quais en fait. 
Donc quand on nous propose de faire une course, en 2 manches, où il faut "juste" les monter le plus vite possible on ne peut que répondre présents !

On a donc embarqué quelques copains dans l'aventure, et c'était parti


Pour la première manche, nous partons seul, chacun notre tour. 
Seul face au chrono et aux 445 marches.




L'effort est violent, ça grimpe, je m'aide comme je peux...
- Marie, merci pour tes précieux conseils, tu vois je les suis, en m'aidant en poussant sur mes jambes avec mes mains dans les montées ! - 

D'ordinaire, je mets 3 minutes pour monter. La semaine avant lors du dernier entrainement j'avais fait un 2 minutes 42, surprenant...
En arrivant en haut, je sais que je suis montée plus vite qu'auparavant.
J'en ai la tête qui tourne, je m'assoies avec mon verre d'eau pour reprendre mes esprits ! Je n'avais jamais poussé si loin mon corps sur un si court effort je crois.
Alors oui autant sur l'interlac, l'effort était long et éprouvant pour les jambes, autant là c'est explosif, et c'est plutôt le souffle/le dynamisme qui limite.
C'est assez drôle ces deux courses qui s’enchaînent et qui sont totalement différentes.

A la fin de cette première manche, (avalée pour moi en 2 minutes 17 !!!!) Je me rend compte que je suis seconde féminine. Tout s'emballe. En plus je crois comprendre que la seconde manche sert à classer parmi ces adversaires directs. Dans ma tête je pense podium, je n'y crois pas vraiment, mais je trouve ça plutôt cool, et au fond de moi je me vois certainement déjà poster une photo sur instagram...

La seconde manche est en duo : on prend le départ avec un adversaire qui a fait un temps similaire au sien. 
Monsieur Papa en plein effort


Le chronométrage fait que je serai opposé à la première féminine de la 1ère manche.

Bon j'avoue y être allée beaucoup trop en touriste. En plus au bout d'une dizaine de marches, je sens bien que je dépasserai pas ma concurrente, elle m'a déjà larguée !
En touriste je vous dis, sourire aux lèvres et tout !

Je monte donc mes marches, à mon rythme, sans pour autant donner le meilleur de moi-même - Non mais quelle idée, c'est une course quand même...- 


Dans la montée il y a mes petits supporters, ici en arrière plan sur la photo, vous pouvez voir Margot et Axel, c'est toujours chouette de les avoir sur les courses !
Tournant au coin devant moi, vous pouvez aussi apercevoir les cheveux de mon adversaire du jour.

Je boucle cette deuxième montée en 2 minutes 26, 11 secondes derrière mon adversaire, bien moins entamée physiquement. 

Bon vous imaginez bien que si je vous ai parlé de déception au démarrage de cet article, c'est que lors de l'annonce du podium, suite à ma deuxième manche de vacancière - et à ma non compréhension des règles - je me retrouve décue, avec la médaille en chocolat de la 4ème.

Alors bien sûr, c'est une belle victoire -être 4ème ca ne devrait plus m'arriver de si tôt -, ce 2 minutes 17, et même ce 2 minutes 26 est un temps canon - c'est le temps que mettait Monsieur Papa à l'entrainement (il fait 1 minute 41 au meilleur des 2 manches finalement) -  mais je suis fachée et décue de moi. De ne pas avoir su trouver - chercher certainement aussi - les ressources mentales pour me dépasser, de ne pas avoir tout donner. 
- la première fille met 2minutes 05, mais la troisième, 2minutes 15 ce qui aurait été "accrochable"-

Il y a un arrière gout d'inachevé dans cette performance, et pas de satisfaction personnelle à l'arrivée. 
Cette satisfaction, et ce plaisir, c'est quand même mon carburant dans les courses, je m'en veux un peu de ne pas m'être donné les moyens de faire le plein. 

Voilà 10 jours que la course est passée, par 2 fois déjà je suis déjà descendue courir au parc ou sur les quais, et deux fois je me suis cherché une excuse pour ne pas remonter par ces marches, preuve que l'égo est bel et bien abimé ! 

Pourtant il va falloir les reprendre, histoire d'être au top dans un an, pour prendre ma revanche contre moi-même ! 
- parce que bon il faut l'avouer que l'ambiance, l'organisation et la course sont quand même très sympa ! -




1 commentaire:

  1. Ça reste quand même des temps de ouf ! L'année prochaine tu viendras nous raconter comment tu as tout déchiré avec une photo de ta médaille d'or. :)

    RépondreSupprimer